logo_PLG

Electronique

Station à air chaud ZD-939L

vue de la station air chaud Zhondgi ZD 939L...J'ai acheté en août 2022 une station à air chaud Zhongdi ZD-939L et j'en suis assez satisfait. J'ai juste effectué quelques petites corrections comme par exemple l'ajustement du débit d'air lorsque son potentiomètre de réglage se trouve au minimum car lors du soudage des composants CMS, ils avaient souvent tendance à traverser la paillasserolleyes... ensuite j'ai également désactivé le buzzer, inutile et agaçant.

Je n'ai bien entendu pas pu résister à l'envie de voir comment était assemblé l'engin, qualité de fabrication, état des soudures... hum-hum... c'est bien là que ça pèche...
Après contrôle visuel de la carte de puissance, je n'ai pu faire autrement que d'en reprendre l'intégralité de ses soudures pour la plupart réalisées à la main. Effrayant !
Et en plus de cela l'apport d'étain (plombé ou non) ne permettait pas un amalgame correct. Il m'a donc d'abord fallu dessouder pour ensuite ressouder l'ensemble des composants (pas trop nombreux, cela a été rapide) de cette carte.

Lors de mes investigations donc et considérant que les schémas de cette machine n'existent pas (hormis sur un site Russe mais truffé d'erreurs...), j'ai bien évidemment entrepris de reconstituer celui de la carte de puissance qui est probablement celle ayant le plus de risque de tomber en panne, compte tenu des courants qui peuvent y circuler.

 

Principe de fonctionnement

La machine que je possède dispose outre l'interrupteur de mise en service situé sur la face avant d'un second qui permet d'activer / désactiver la pompe du compresseur d'air. Ceci permet d'aider au refroidissement de la résistance chauffante et cette opération dure environ une minute, ensuite de quoi le compresseur cesse d'être alimenté et sa LED de signalisation s'éteint.

La carte de commande et d'affichage

Il semble que cette carte comprenant un microcontrôleur 8 bits (OB38R08A1W20GP du fabricant On-Bright) ainsi que le reste des composants en technologie CMS soient de meilleure facture. Comme indiqué précédemment j'ai opté pour l'inhibition du buzzer qui à mon sens n'est qu'un gadget sonore inutile et déplaisant à l'usage. Un bip retentit en effet à chaque pression sur les boutons poussoirs de réglage de la température... pour le désactiver j'ai simplement dessoudé la résistance R9 (150Ω CMS) de limitation du courant circulant dans celui-ci. Je ne l'ai pas ôtée entièrement mais juste déplacée, au cas où je souhaiterais revenir à l'état d'origine.

 

 La carte de puissance

Il existe trois Triacs de puissance utilisés comme suit :

  • N1 (BTA08-600) qui permet de piloter la résistance chauffante via un câble d'interface reliant les cartes de commande et de puissance, par le biais d'une isolation galvanique grâce à l'optocoupleur U3 (MOC3041). Ce Triac est protégé contre les tensions et courants excessifs susceptibles de se produire lors des commutations par un circuit Snubber composé de la résistance R5 (51Ω/3W) et du condensateur C1 (0,1µF)
  • N2 (BT136) qui pilote le moteur du compresseur, La LED indiquant que le compresseur est alimenté s'allume via la diode D3 (1N4007). Le réglage de débit d'air est possible en actionnant le potentiomètre. La cellule composée des quatre diodes D5 à D8 ainsi que des deux résistances R25/R26 constitue un système de correction de l'hystérésis (voir la description d'un tel circuit ici)
  • N3 (BT136) pilote lui aussi le compresseur mais uniquement durant la phase de refroidissement. La LED s'allume via la diode D4. Le débit d'air est fixé à son maximum durant cette phase grâce au monostable constitué de U2 (NE555) et de l'optocoupleur U4 (MOC3041). Le circuit monostable (non re-déclenchable dans le cas présent) est alimenté via le transistor PNP Q4 (2N3906) uniquement durant cette phase qui permet alors le refroidissement de l'élément chauffant durant environ 50 secondes. La durée d'impulsion est fixée par l'ensemble RC composé de la résistance R17 (470kΩ) et du condensateur C5 (100µF) selon la formule suivante :
    LN(3)×R×C ≅ 1.1×R×C ⇒ 1.1×470e3×100e-6=51.7s

La partie variateur permettant de contrôler la puissance du compresseur (débit d'air...) est réalisée autour de la cellule N2/DB3/RV3/R28/C9 ainsi bien sûr que du potentiomètre. J'ai constaté dès les premières utilisations que le débit d'air était bien trop puissant à puissance minimum au point d'être quasiment dans l'impossibilité de souder de petits composants CMS, et pour remédier à cela il convient d'ajuster le talon de réglage grâce à la résistance ajustable RV3 prévue à cet effet.

Schéma de principe

 Schéma de principe de la carte de puissance...

Packages comprenant : save f2
◊ Schéma de principe sous Eagle v7.7.0

Quelques liens vers les sites de mes amis...

Licence Creative Commons

 Licence CC BY NC SA 3.0 FR DEED L'ensemble de ce site hormis une notification spécifique est mis
à  disposition selon les termes de la Licence Creative Commons
Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
3.0 France.
Licence Creative Commons